UNAALAT France

© 2019  UNAALAT created by JJ Chevallier

MAMADOU-MATHIEU CISSE

 

 

 

Le grand homme est parti.

Mon père, l’adjudant-chef Mamadou-Mathieu Cissé s’en est allé le 13 mars dernier.

Il restera vivant en nous, dans vos souvenirs. Merci ! Un grand merci aux hommes du Grand 3e RHC et des anciens de l’ALAT pour le merveilleux hommage rendu lors de ses obsèques le 19 mars 2019 à l’église Saint-Sauveur de Verdun.

J’ai pu remarquer que rien n’était plus exaltant pour vous, ses amis, que de partager des moments de fraternité, de bonheur vécus avec lui.

Rien n’était plus gratifiant pour les militaires de profiter de son expérience. A ce propos, j’avais constaté en l’accompagnant il y a peu de temps à une prise d’armes à Etain, le profond respect à son égard de nos soldats en partance dans le désert malien.

Il a rassuré nos gars face aux épreuves qui les attendaient. Il les a rassérénés dans l’utilisation de la violence d’état pour lutter contre les barbares. Il l’avait fait avec son sourire légendaire qui le caractérisait.

Le temps passe et les valeurs de l’homme demeurent : l’attachement à la démocratie, à la tolérance, à la diversité et à l’altérité. Il avait en détestation la trahison et ceux qui pour d’abjects, basses et obscurs raisons se livrent aux pires fourberies et duperies.

Je reste admiratif de sa force intérieure. Celle qui lui a permis de commander à son corps. Personne n’est à mesure de contrôler la maladie et la douleur. Mon père a puisé dans son incroyable ténacité, dans sa fantastique force pour ordonner à son corps de tenir le temps de voir une dernière fois tous ses enfants. Et après le passage du dernier d’entre nous, il est parti vers d’autres cieux. On peut aisément penser que sa formation militaire et son profond amour pour sa famille lui ont permis de tenir.

Je souris, car mon père valait la peine, il valait surtout la joie.

Je vous prie de trouver ci-dessous le discours de Louis Duminil, Président des Anciens du Groupement Est des anciens de l’ALAT.

Sylvère-Henry Cissé.

"Merci de m’associer à l’hommage rendu à ce soldat de grande valeur, à la fidélité exemplaire et grand serviteur de l’état ».

Voilà la synthèse des messages que j’ai reçus depuis l’annonce du décès de Mathieu. Des messages qui émanent de nos plus hautes autorités, de notre Président National, de notre Président d’Honneur, d’officiers généraux qui ont été les commandants d’unités de Mathieu et qui évoquent son souvenir avec beaucoup d’émotions ! Tous ceux qui l’ont approché parlent de son humeur toujours égale, de sa gentillesse, de son humour, de son amour de la France et de sa joie de vivre communicative.
Quelle destinée que celle de Mamadou, né au Mali le jour de Noel 1933 !
Il s’engage le 23 mai 1953 au 7ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais, puis rejoint l’Ecole des Transmissions d’Agen, il y apprend son métier de dépanneur radio. Nommé caporal, il débarque à Saigon en octobre 1954, affecté au 22ème Régiment d’Infanterie Coloniale. Ce sera ensuite l’Algérie, à Bougie puis Alger au 11ème R.I.C. Il participe à des accrochages nombreux et meurtriers dans la forêt d’Afkadou. En 1958, il gagne ses galons de caporal/chef puis de sergent. En 1959, de retour à Agen, il parfait sa formation de spécialiste radio « avions ». Il est affecté à Dakar, au GALDTM, en 1960. Il est mis à la disposition du général commandant les forces de Mauritanie. En 1963, il est nommé sergent/chef.
De retour en France, il est affecté à l’EA ALAT du Cannet des Maures. Promu adjudant en 1969, puis adjudant/chef en 1976.
De 1977 à 1986, il servira au Galdiv 8 de Compiègne.�Sa dernière affectation, de 1986 à 1990, sera le Grand 3 d’Etain, régiment si cher à son cœur!
Dès sa retraite, Mamadou va rejoindre les « Anciens de l’ALAT » et se mettre à la disposition du président Maurice DELAPORTE. Ses qualités relationnelles, sa fidélité le désignent naturellement à la fonction de délégué de secteur. Il exercera cette fonction jusqu’en 2007. Les comptes rendus de l’époque gardent les traces des qualités d’organisateur de Mamadou, de sa bonne humeur et de la place privilégiée qu’il avait au sein de notre Amicale. Le 15 avril 2007, lors de notre assemblée générale il s’est vu remettre un magnifique coq en fer forgé, pour honorer le « plus Gaulois des Gaulois » !


Toute cette carrière justifie les honneurs qui lui sont rendus : En 1956, La Médaille Commémorative d’Indochine. La Médaille Coloniale, avec agrafe Extrême-Orient. Le 2 novembre 1958, il est cité à l’ordre de la Brigade pour son action dans la forêt d’AFKADOU. Il se voit remettre la Croix de la Valeur Militaire, avec étoile de bronze.
La Médaille Militaire en 1970, et le diplôme de reconnaissance de la Nation. La Croix du Combattant, le 07 avril 1978. Chevalier de l’Ordre National du Mérite en 2006.


Enfin, et c’est très révélateur des liens fidèles établis avec le Grand 3, le Colonel MEYER, chef de corps, le cite à l’Ordre du Jour du régiment, le 04 avril 2011, en lui remettant l’insigne d’Honneur du Régiment.
 

Mais comment évoquer Mamadou Cissé, sa fidélité, ses valeurs humaines sans parler de sa famille, sa fierté !
Avec Madeleine, ils ont eu 8 enfants. Madeleine est partie il y a 6 ans, à 2 jours près ! Sophie, l’une de leurs filles, est aussi partie, il y a 2 ans. 11 petits enfants complètent cette grande famille.
Et dans ses valeurs, partagées avec Madeleine, il y avait la Foi. Cette Foi, affirmée en 2005, lors de leur Baptême. Ils ont alors choisi les prénoms de Mathieu et de Marie-Madeleine.
A cette occasion ils ont souhaité remercier « leurs camarades, leurs supérieurs, les élus de cette terre de France, leur patrie, qu’ils ont servie qu’ils ont tant aimée et qui leur a tout donné ».

 

Voilà, la destinée du petit Mamadou, né au Mali il y a 85 ans est accomplie. Devenu Mathieu, il va demeurer en cette terre de France dans cette ville qui symbolise si grandement la notion de Mère- Patrie.
 

C’est entouré des drapeaux des Associations Patriotiques auxquelles tu appartenais, de tes nombreux camarades, d’une délégation du 3ème Régiment d’hélicoptères de combat représentant le colonel Meunier, chef de corps, que nous te saluons une dernière fois, adjudant chef Mathieu, Mamadou CISSE !